Hum

Comment ne pas écraser une araignée ?

Parce qu'il n’est ni glorieux ni doux de mourir avec un 37 en relief et à l'envers imprimé sur le front, Parce que, même si je le voulais, je ne pourrais pas offrir de sépulture décente à mes victimes, incapable que je suis de retrouver toutes les pattes après l’impact, Parce que c'est mal de… Lire la suite Comment ne pas écraser une araignée ?

Humus

Ocelles

Il y aura encore Une main qui t’effleure le dos En signe de famille, Des gens, Trop de gens Avec peu dedans, Des combats, Des reniflades de cul, Du grotesque, Loin dans la grotte, Et de superbes Regards d’à travers foule ; Ces regards de chien de berger, Des embrassades hystériques De se retrouver au hasard… Lire la suite Ocelles

Humus

If (logorrhée dans la brume)

Comme une bête chevrotinée qui sème ses limiers, avant de savoir si elle voudra guérir Comme une gamine qui pleure du fond des poumons, sans répondre aux pourquoi des grandes personnes, Comme une crevette à bras, oubliée sur l’assiette dont elle ornait la tomate, Comme une quarantenaire qui n’en finit plus d’être en quarantaine, Pliée… Lire la suite If (logorrhée dans la brume)

Hum

Rosalie

Dans le fond d’un couloir, au loin, Michael Bolton braille « When a ma-an loves a woman » et ça semble plus douloureux qu’agréable. Face à moi, un barbu en blouse blanche, sur un grand écran, m’interroge en sous-titre : « Est-ce dangereux pour mon animal de compagnie ? ». J’ai beau tenter de relier ces éléments entre eux, aucun sens… Lire la suite Rosalie

Humus

Le Bruit de la Mer

Il a surgi dans mon dos. Arrivé sans bruit, sur ses petites chaussettes, Sans courir sur le plancher qui glisse, Comme je lui ai appris. D'une voix sourde, il a demandé : « Tu fais quoi, Maman ?  — Je ramasse les bêtises du vent. » J’ai senti dans son regard, Collé à la racine de mes cheveux, Toute… Lire la suite Le Bruit de la Mer

Humus

Au clou

État d’âme persistant, stable, un quelque chose mou et fade, ni dépressif ni euphorique. Pas vraiment de l’ennui, pas de la joie non plus. Je fais tout bien comme il faut ; je cherche mes heures de sommeil, quitte à les grappiller plic-ploc, en siestes et décalages, si j’ai passé trop de temps à rassembler mes… Lire la suite Au clou

Humus

Et toi?

Est-ce qu’il râle ? Est-ce qu’il rit ? De lui-même - « Oh le con ! », ou de la situation ? Est-ce qu’il marmonne - « Scrogneugneu, au lieu de photographier le cœur sur ma fesse, tu pourrais me filer un essuie éponge et me servir un café ! » ? Est-ce qu’il s’en fiche, patiente, résigné, ou s’évade dans une rêverie mensongère -… Lire la suite Et toi?

Humus

L’amour aux temps du gnîîîîî

Je ne crois pas avoir déjà eu aussi froid de toute ma vie, à part peut-être les trois semaines, jadis, pendant lesquelles, sur le marché de Noël, je distribuais des flyers en grelottant, à des gens en moufles qui les prenaient par pitié plus que par intérêt. Ici, c’est différent, parce qu’aucune paie n’est promise,… Lire la suite L’amour aux temps du gnîîîîî

Humus

Sans Chaussettes

Je me suis faufilée hors de l'appartement pour esquiver la vieille copine, ses envies de papoter dès l'aube, devant un pain au chocolat, ses tentatives pour n'être jamais seule. J'ai couru jusqu'au sable et balancé mes tongs en caoutchouc fuchsia.Enfouir mes pieds dans la plage et rire comme un raton-laveur, en fermant les yeux. J'ai… Lire la suite Sans Chaussettes

Humus

6h27

Je rejoins mes parents, qui ont loué un bungalow à La Panne. Je suis heureuse à l'idée d'y séjourner mais mon père me dit qu'on repart le lendemain matin. Je sens une déception et une incompréhension terribles me tomber dessus. Il me parle de la maison, un peu plus loin, où il y a eu… Lire la suite 6h27